Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

KAPUCH'ART​

By Mikita L.  since 2016

COMMENT JE CRÉE

DES PEINTURES NUMERIQUES EXCEPTIONNELLES

À PROPOS DE MOI

Artiste peintre numérique autodidacte 

Mikita L.

  Enfant solitaire je m’adonnais fréquemment à la contemplation de la nature. L’éclat rougeoyant d’un simple coquelicot contrastant dans l’immensité dorée d’un champ de blé éveillait en moi la résonance de la beauté naturelle. Déjà je cherchais à retranscrire mes émotions ressenties par le biais du dessin. L’adolescence fut pour moi une période sombre et troublée. Les noirceurs des marasmes de la réalité me rattrapaient . Pour la fuir et retrouver mon âme innocente je m’adonnais à la peinture et me plongeais dans la littérature. D’Érasme à Baudelaire, de Beckett à Boris Vian en passant par Homère et Dante, mon horizon s’élargissait. Je me forgeais la conviction qu’autre chose était possible, que l’on pouvait voir bien au-delà de cette sombre réalité. Tout naturellement je me suis tournée vers des études artistiques et entrais en

Faculté d’Histoire de l’Art. Je me nourrissais de la beauté des créations de mes prédécesseurs des arts antiques aux arts contemporains . Je découvris Van Gogh et Edward Munch et la nécessité de m’exprimer fut une évidence.

  Une longue période asservie aux dogmes mis temporairement un chapeau sur mes prétentions artistiques. Je continuas cependant à nourrir mon imaginaire en dévorant le littérature fantastique et de Sciences fictions. De Tolkien à Herbert je m’enrichissais de nouvelles perspectives. Je me mis à l’écriture et à la photographie.

Je voulais capturer chaque instant d’émotion ressentie. Je voulais faire ressortir l’âme d’un objet. Provoquer l’émotion vibrante dans le regard d’autrui. Mais ce médium ne suffisait pas à exprimer l’expression de mes ressentis. Grâce aux nouvelles technologies je découvris la photo­-numérique, et plus principalement la photographie réalisée avec un téléphone portable. Le rendu approximatif de ces appareils me permettait en poussant les curseurs de faire apparaître ce que j’avais voulu capturer.

  En 2016, je fondais le Kapuch’Art. Un art basé uniquement sur des créations faites à base de photos prises avec un téléphone portable. L’œil de cet appareil était capable de retranscrire avec fiabilité ce que j’appréhendais du monde extérieur.  Tels les expressionnistes de la fin du XIXe siècle, je pouvais mettre en résonance ma vision décalée du monde avec l’émotion du spectateur par mes créations. Œuvre après œuvre j’ouvrais mon œil à l’immatériel. Grâce à l’application embarquée (et uniquement celle ci) j’arrive à transcender un simple cliché en une incarnation d’un instant, une capture de la fuite du temps ou la faille dans nos perceptions terrestres. Il ne s’agit plus de faire de la figuration en ce monde. 

  Le Kapuch’Art se veut révélateur de la subjectivité qui nous entoure. J’explore la conscience exacerbée de mes perceptions pour aller au-delà de la simple apparence. Je cherche à saisir l’expression picturale satisfaisante pour transcrire mon expérience personnelle. Mon écran de téléphone est ma toile et on doigt en est le pinceau . C’est avec passion que je travaille des heures durant jusqu’à trouver l’accomplissement de l’expression de mes sensations. Flirtant avec les Expressionnistes comme Franc Marc, Paul Klee ou encore

Kandinsky, le Kapuch’Art est aussi imprégné par les symbolistes tels Gustave Moreau ou Eugène Carrière. Je sais d’où je viens et n’oublies pas l’enseignement que j’ai reçu sur ces maîtres. Je cherche comme eux à imprimer mes états d’âme, à inviter le spectateur à la découverte de la poésie de toute chose, à l’accompagner jusqu’au mystique.

  Le Kapuch’Art est caractérisé par une grande utilisation de couleurs intenses ­réminiscence d’une enfance perdue. Mais c’est aussi la superposition de pauses sombres, d’éclaboussures et de lignes fugitives. Ce n’est pas une imitation de la réalité, c’est l’expression de son émotion. La photographie s’affranchit de ses codes objectifs pour magnifier ses composantes subjectives. Chaque pixel de couleur est magnifié, chaque éclat de lumière est exacerbé dans une chorale flirtant avec obsolescence. 

  Paul Klee disait : 

« L’art peut capter le créatif de la nature ».

  C’est dans cette démarche que s’inscrit le Kapuch’Art. Donner au monde la vision de ce qui se cache derrière ses premiere perceptions. Faire ressentir l’écrasante beauté qui lui est inaperçue. Lui ouvrir les yeux aussi sur la violence de cette beauté. Au delà des apparences, au-delà de la simple création, le Kapuch'Art est l’expression des observations intérieures purement phénoménologiques. Tel un vecteur les formes et les couleurs agissent pour leur propre sensibilité mais aussi pour toucher l’âme du spectateur. 

  Aujourd’hui, je suis prête pour faire partager cette expérience. Je libère le Kapuch’Art et m’y consacre pleinement. Une nécessité intérieure me pousse à m’affranchir des dogmes de la figuration dans la réalité extérieure. Je laisse parler mes créations. Rien n’est posé au hasard. Il s’agit d’une mise en scène réfléchie. Le

but étant de permettre au spectateur d’entrer en pleine résonance avec le Kapuch’Art. De découvrir de nouveaux horizons, de déranger ses perceptions, de l’amener à concevoir qu’autre chose est possible.

Ce que je fais

  Une nouvelle façon d’appréhender la photographie.

La technique du Kapuch'Art sur smartphone, lui permet d’exprimer ses émotions au-delà de la

simple vision d’une photographie. Cela se rapproche de la peinture par la technique et par le résultat

obtenu. Les photos prises avec un téléphone mobiles sont ensuite retravaillées sur ce même

téléphone avec ses applications photographiques. Chaque effet est superposé au précédent. Comme

en peinture, l’on ne peut revenir en arrière. C’est un jet direct. Il faut parfois jusqu’à 50h de travail

pour arriver à l’œuvre d’art originale souhaitée. Ces œuvres sont ensuite tirées sur toile et se

présentent tel un tableau. Il ne s’agit pas de photographie réaliste mais bien d’une œuvre unique. Le

Kapuch’Art est une marque déposée par Mikita L. et se veut le porte-parole d'un nouvel art

moderne

0